NOTES CONCLUANTES             

 

Ce récit témoigne  de la  diversité des  situations vécues,  des

choix qu`un individu doit faire,  de la complexité  des rapports

inter personnels, de nombre de facteurs influençant le cheminement

d`une personne, etc. Plus l`auteur écrit, élabore, plus il craint

que cet essai rejoigne         peu de gens intéressés à de telles

préoccupations. Possiblement qu`il a le trac comme les comédiens

le ressentent. Un témoignage digne de confiance heureusement lui

indique que ce  n`est pas  le cas.   Au pire,  l`auteur en  sera

quitte pour  un  exercice   favorisant  son  développement,  son

épanouissement personnel.  A  l`aide  de l`ordinateur,  l`auteur

aime bien rédiger des textes tel l`érection d`une pyramide qu`il

peut altérer  et  compléter.   Cet  écrit  ne  comporte  pas  la

description   de  la   vie   active   de  plusieurs   personnages

contrairement à  la  plupart  des  romains.   Est‑ce  que  cette

approche est  innovatrice?   Elle  est  possiblement  originale,

inusité!                                 

 

Le potentiel   humain  d`un   individu,  ses   préférences,  ses

habilités, ses orientations  sont multiples.   L`auteur désirait

que ce récit soit nettement positif, optimiste  cependant au fil

de l`inspiration il devint  réaliste, terre  à terre,  comme les

considérations maintes fois  répétées par  l`épouse de  Jacques.

Farci d`observations  dites  factuelles,   ce  récit  n`est  pas

susceptible de  plaire  à  tous  les  éléments  de  la  société.

Toutefois, des gens des milieux  ruraux et urbains  pourraient y

trouver quelques  intérêts  et matière  à  réflexion.   L`auteur

revient ou reprend  quelques sujets  en les  traitant de  façons

différentes afin de mieux exposer les opinions du personnage.   

 

Dans la société, il est beaucoup question d`images, de fascades,

tout est maquillé  souvent artificiellement  pour répondre  à un

modèle stéréotypé afin de s`ajuster aux résultats des sondages et

aux exigences telles que perçues. Jacques doutait que l`exercice

des plus importantes fonctions soient si enthousiasmantes que la

plupart des gens pensent  ou perçoivent.   Pour les  assumer, il

faut se conformer à un encadrement rigide, déshumanisant; composer

avec les forces en  place, quelqu`elles  soient.  Se  résigner à

respecter la   résultante  des   forces  en  cause,   peut  être

abrutissant et   constituer  un  esclavage,   un  asservissement

généralement bien rénuméré!   Présenter, projeter l`image requise

tout en étant quelqu`un d`autre derrière le décor, est fréquent.

Si l`image projetée ne plaît plus à la  clientèle‑cible, il faut

changer le  principal  figurant   après  avoir  essayé  diverses

formules moins draconiennes. De plus  lorsque l`on est prit dans

 

un des labyringues de la vie, il faut se conformer aux règles du

milieu afin d`accéder  éventuellement  ou espérer  y accéder  au

sommet.   Le  respect de  la  vérité,  de l`authenticité,  de  la

franchise, contrairement à l`hypocrisie,  s`heurtent constamment

aux intérêts  personnels  ou  de groupes.   Souvent,  les  hauts

dirigeants préfèrent que leurs personnels immédiats  soient très

sélectifs dans leurs  fréquentations ce  qui les  conduit à  des

perceptions tronquées de la  société.  Evidemment,  ce processus

n`est pas l`apanage exclusif de notre  société québécoise, bien

au contraire!   De plus notre  société québécoise est  prise dans

l`étau, l`encadrement américain.                       

 

Ce type d`écrit constitue une  coupe transversale, dit  en termes

d`ingénierie, de la vie d`un québécois, de sa  famille, dans son

rang natal et son école de rang, dans son village et son école de

village, dans sa ville et son collège, dans sa  métropole et son

université sur une période de cinquante  courtes années.  Ainsi,

que quelques ouvertures, déplacements  dans le  monde américain,

anglais, européen, sud‑américain et antillais.              

 

D`une façon concrète, l`auteur suivit le compte des pages de son

récit et adopta  le niveau  de  détails, entre  autres, à  cette

exigence, un nombre minimal de cent cinquante pages lui semblait

raisonnable à prime abord. Il enrichissait constamment son essai

et il révisait  celui‑ci  afin d`améliorer  le  français et  d`y

intégrer les nouvelles brides de réflexion, les nouveaux propos.

A chaque révision, de nombreuses erreurs étaient  corrigées, des

phrases réécrites pour  en  faciliter la  compréhension et  pour

préciser les opinions  de Jacques.   A chaque  jour, il  pensait

qu`il aurait  plus  rien  à  ajouter  à  ce  récit  et  que  son

imagination se tarirait. Toutefois,  jour après jour, soir après

soir, surgissait dans son esprit de  nouvelles idées, remarques,

des compléments d`informations, des  détails pertinents,  …  A

écrire presque journalièrement, Jacques se rappelait les paroles

du philosophe Moreau qui disait écrire quelques pages chaque jour

et qui publiait  des briques,  de volumineux  livres.  L`auteur  a

écrit plus de texte, couvert ou  noirci plus de pages,  que prévu

tout en  respectant  la  pensée du  personnage  et  il  pourrait

poursuivre ce récit car la personnalité, l`âme d`un individu face

à la société  comportent milles  et  une  facettes.  Il  pouvait

compléter, enrichir le récit en y insérant  de nombreux articles

et un de  ces  projets d`écritures  consistait  justement en  un

répertoire d`articles colligées  depuis 1965,  articles touchant

des dizaines  de  sujets.   Il disposait  d`autres  lettres,  de

correspondances   adressée  à   Jacques,  d`origine   maternelle,

fraternelle et amicale et de caractère personnel qu`il aurait pu

soit intégrer au  récit,  soit inclure  en  annexes après  avoir

obtenu l`autorisation des  auteurs.   A un  moment, l`épouse  de

 

l`auteur l`encouragea à étoffer, agrémenter son  récit de sujets

susceptibles d`intéresser vivement le lecteur éventuel et d`autre

part, la lecture d`un chapitre de ce récit  préliminaire lui fut

pénible craignant que les lecteurs considèrent comme factuels les

descriptions, les  faits   familiaux  et  personnels  présentés.

L`auteur espère  que  son   récit  comporte  certaines  facettes

originales sans toutefois excéder certaines limites ou niveaux de

tolérance acceptables à une majorité de  citoyens.  La diversité

des endroits où l`action se déroule est  des plus considérables.

Il aurait espérer que  ce récit  contribue à  l`élargissement du

bagage de connaissances de  Madame, Monsieur  tout‑le‑monde.  Il

craignait que plusieurs soient incommodés par certains propos et

que peut‑être encore une fois les initiés à  la politique, entre

autres, en profiteront le plus.  Le fils de  l`auteur sans avoir

lu ce récit, croyait‑il, s`intéressait aux divergences possibles

entre ses positions personnelles tout au long de son cheminement.

L`auteur lui  mentionna que  vivre;  c`est  évoluer et  que  son

évolution était  marquée  au  sceau  du  nationalisme  québécois

francophone.   Le   texte  est  légèrement  ambivalent   afin  de

souligner   quand   même    quelques   alternatives   fréquemment

inacceptables au  personnage  principal.  Ce  récit  pourrait  en

définitive être poursuivi  indéfiniment  au  gré des  événements

influant sur la vie personnelle de l`auteur, de sa famille, de la

sa société  lui   fournissant  l`opportunité  d`enregistrer  ses

positions face à l`évolution de  son milieu au cours  des jours,

des semaines, des ans,  …  Certains  événements confirmeraient

ses vues,  ses  appréhensions,   …  tandis  que  d`autres  les

infirmeraient.                                

 

Que peut‑on   tirer  personnellement  et   collectivement  d`une

description et de la connaissance du cheminement, du profil d`un

individu? Naturellement, s`il  s`agissait d`une personnalité, le

récit retiendrait  l`attention  de  plus de  gens!   Aux  futurs

politiciens,   la   rédaction  succincte   d`une   autobiographie

s`avérerait sûrement informative pour le candidat  et aussi leur

entourage ou  leurs  électeurs.   Une  autobiographie  effectuée

périodiquement ou mise à jour périodiquement pourrait révéler un

portrait authentique du  personnage, de  son âme  comme certains

disent à la condition de faire fi  de l`opinion  publique ce qui

n`est pas à la portée de tous ou avantageux. Doit‑on préférer la

perception d`un  individu  de  lui‑même  à  celle  de  quelqu`un

d`autre? Supposons que  plusieurs individus feraient franchement

la description de leur vie. Est‑ce que ces données partielles de

la vie de chacun, ces témoignages  fragmentaires pourraient être

utiles à quelqu`un?  La  perception de l`auteur  est subjective!

Ces données plus  qualitatives  que celles  des sondages  ciblés

représenteraient une  source  de données  additionnelles.   Pour

l`auteur, quel est l`intérêt d`entreprendre une  telle démarche?

 

Une meilleure connaissance  de  soi‑même, une  image plus  juste

projetée aux lecteurs!  Cette démarche n`a  rien de scientifique

si ce n`est qu`elle est conduite par un  scientifique et qu`elle

est sincère et  audacieuse  au plan  personnel!   Je laisse  les

lecteurs,   juges  de   ce  récit   rédigé  sans   prétention  et

sincèrement!                                  

 

On suggéra à l`auteur de compléter son récit en prolongeant ou en

extrapolant l`avenir.   Il ne savait qu`écrire  car jusqu`ici son

récit témoignait plutôt  de  situations observées  qu`imaginées.

L`avenir est difficile à prédire pour quiconque. L`auteur aurait

pu inventer des scénarios  d`une vie dans  un cadre  identique à

celui décrit  ci‑haut,  une  situation de  personne  séparée  et

remariée ou  vivant  une  relation  homosexuelle  et  finalement

quelqu`un désireux d`entrer dans un ordre religieux ou encore la

vie d`un  futur  premier  ministre  et  que  sais‑je!   Ce  sera

peut‑être pour un  prochain écrit!   Au cours  de la  rédaction,

beaucoup de  gens  lui  demandèrent  « Quel  est  ton  éditeur? ».

Jacques   espérait  que   celui‑ci  entreverrait   des  avantages

financiers, pécuniaires à  la publication  d`un tel  récit et  que

certaines pressions, s`il y en avait, seraient surtout positives.

Certains éditeurs  préféraient   publiés  les  bouffonneries  de

personnages   humoristiques.    D`autres   lui   suggéraient   de

poursuivre son essai  en la  fractionnant en  trois volets  pour

mieux préciser le contenu du  présent document et  l`astiquer de

menues descriptions comme certains écrivains font.   Une proche,

lectrice invétérée, lui conseilla d`atteindre le trois cent pages

de caractères de grosseur  moyenne si  possible sans  diluer son

texte.                                  

 

Le directeur d`une revue et d`un mouvement nationalistes témoigna

de son très  grand intérêt  à son  manuscrit tout  en se  disant

dépourvu de moyens dans le domaine de l`édition.  Il considérait

la publication d`un  livre comme  étant « toujours »  difficile et

Jacques croyait que les moyens dont disposaient certains auteurs

leur rendaient cette tâche moins difficile, pénible. A défaut de

réussir  à  publier son  manuscrit  ou  en sus,  des  périodiques

régionaux auraient pu  acheter  conjointement un  ouvrage et  le

reproduire régionalement  par   brides.   Jacques  pensait,  par

exemple, à l`association des éditeurs de  la presse hebdomadaire

régionale francophone  toutefois  la fréquence  de  publication,

l`envergure et la  multitude  de périodiques,  les revenus,  …

pouvaient constituer des handicaps.                    

 

Une autre façon  d`enrichir  ce  récit eut  été  d`y ajouter  en

détails les  réalisations  de   Jacques  au  sein  des  diverses

entreprises et organismes. L`auteur aurait  pu puisé à même son

curriculum vitae, ces écrits.   Ici, l`auteur  a insisté  et mis

 

l`accent sur  sa  perception  critique du  milieu  québécois  et

autres. Certains  diront qu`il s`agit d`un  éclairage pessimiste

et même  « pisse  vinaigre », peut‑être!   Malgré  tout,  l`auteur

croyait traduire une partie de cet être sans doute exigeant pour

lui‑même et son entourage.                         

 

L`auteur était intéressé     d`obtenir des commentaires de divers

milieux, des  synthèses de  cet  essai,  un relevé  des  points

retenus comme significatifs, …  Si l`opportunité  lui en était

offerte, il réagirait positivement à ces propos en complétant et

en enrichissant ce texte.  Il  est laborieux pour  quiconque de

lire et de commenter un essai de plusieurs pages et l`auteur est

impressionné par la pertinence et le sérieux des remarques et des

observations recueillies à ce jour.   Un érudit et  un politicien

expérimenté, pratique et efficace releva et  souligna le plaisir

éprouvé à la lecture de ce manuscrit ce qui  intrigua et surpris

l`auteur qui avait présenté sérieusement plusieurs composantes de

la vie de Jacques, personnage sérieux et  généralement intégré à

son milieu sans percevoir clairement cet aspect  du récit.  Quel

était la nature de ce  plaisir; intellectuelle et autres  qui ne

reléguait pas  au second  plan  les  autres éléments  du  récit;

politique, sociétale, … et  contribuait à souligner  le cachet

littéraire de celui‑ci?   Ainsi,  le lecteur  de  ce récit  sera

distrait par  cet élément,  néanmoins,  l`auteur  espère que  le

personnage et ses préoccupations seront compris.   Il avait vécu

professionnellement   dans     les    milieux    technologiques,

scientifiques, économiques,   commerciaux,  …  et   cet  essai

témoignait tièdement de  ses  préoccupations,  obnubilé par  les

impératifs politiques contemporains québécois. Souvent, l`auteur

tout en recherchant le mot juste pour préciser sa pensée n`hésite

pas à utiliser des synonymes  afin d`illustrer le  sujet traité.

Cette approche lui semble originale, peu usuelle.           

 

Il appert que le Parti Québécois refuse par l`intermédiaire d`un

membre de son exécutif de seconder officiellement cette démarche

définie comme littéraire plutôt  que partiellement  politique en

s`abstenant de  présenter   quelques  phrases  de  présentation.

Jacques n`en  aurait  probablement  pas  été  surpris  de  leurs

réactions à  ses  propos  et  à  sa  perception  de  la  société

québécoise.   Mieux   valait   ménager  la   susceptibilité   de

personnalités en l`absence  d`engagement actif  de la  part d`un

membre et  ancien  militant!   Attitude  réaliste  comme  aurait

répondu Suzie!  L`avenir  révélerait  peut‑être  qu`il en  était

mieux ainsi!                                           

 

Un autre éditeur classa ce manuscrit au rang de  récit, de roman

ou de littérature en général.  Le texte s`apparentait  plus à de

la littérature qu`à  une étude  savante  ou un  essai.  Même  si

 

l`auteur   considérait le récit véridique, il était généralement

d`accord avec cette appréciation.                      

 

Plusieurs titres à cet ouvrage ont été envisagés, considérés par

l`auteur nommément: Une  vie,  Récit  d`une vie,  Autobiographie

romancée, Un homme; sa vie,  ses actions,  ses idées, La  vie de

Dillon, La vie de Ti‑Dillon, La vie de Dillon par Dillon, La vie

de Jacques   par  Jacques,  La   vie  de  Jacques   par  Dillon,

Témoignages, Témoignages   ou  démagogie,  Regard  sur   la  vie

québécoise, Vivre et laisser vivre suggéré par son épouse.       

 

Un   auteur   interviewé  soulignait   l`entreprise   personnelle

giganteste qu`est la rédaction d`un roman de deux cent pages. Il

dévoilait son égo, il s`appuyait  sur ses ressources  vives sans

encouragement particulier.  Son  désir d`affirmation,  de survie

même et les exigences  matérielles relatives  à sa  famille lui

permettaient   de   déployer    les   énergies   nécessaires   au

parachèvement d`un tel projet d`écritures. Il écrivait pour être

lu de façon à  vivre de  ces activités;  c`était son  métier, sa

profession.   Somme  toute,  tout  comme  lui,  il  aurait  aimer

soutirer quelques sous pour lui permettre d`assurer une présence

dans le milieu du travail.                   

 

L`auteur subit de multiples pressions visant à éliminer le volet

sexualité de son personnage principal et il  s`y refusa.  Malgré

les difficultés du sujet, il considérait important et fondamental

cet aspect de l`être humain. Somme toute, son personnage s`était

contraint, autodiscipliné énormément  en  ce domaine.   D`autant

plus que l`auteur décelait un intérêt populaire pour ce sujet des

plus naturels.                               

 

Il se demandait en entreprenant sa  démarche littéraire pourquoi

il avait le goût, ressentait le besoin d`écrire.   Un élément de

réponse pouvait être que cette activité comme tant d`autres était

requise pour son  équilibre personnel,  sa santé  à l`instar  de

l`exercice de d`autres fonctions, ici, il s`agissait de fonctions

intellectuelles alors qu`en  d`autres domaines  on parlerait  de

fonctions biologiques, etc.  L`aspect  pécuniaire n`avait  pas agi

comme   agent  déclencheur,   croyait‑il,  néanmoins   un  afflux

monétaire était toujours souhaitable et cependant peu prévisible

surtout en des moments de précarité financière.             






  Je veux découvrir des blogues!
×

Les meilleurs blogueurs québécois!

Abonnez-vous et faites rayonner les meilleurs blogueurs indépendants du Québec!


Non merci, ça me tente pas!

Pin ça sur Pinterest

Partager!