https://www.facebook.com/photo.php?fbid=723831287798465&set=p.723831287798465&type=3&theater

 

             XIII‑ L`ALLUSION A L`APOGÉE DE LA VIE          

 

Jacques espérait travailler jusqu`à soixante ans avant de prendre

sa retraite  ayant manqué  quelques  années  de travail.   A  la

retraite, Suzie et Jacques comptaient s`installer  à leur chalet

en permanence et s`acheter une propriété en  Floride à proximité

de la mer où ils séjourneraient l`hiver.                        

 

En vieillissant, Jacques  envisageait que  son amour  pour Suzie

serait de   plus  en   plus  intense  au   niveau  intellectuel,

sentimental, sensuel  et  peut‑être  moins  fréquemment  exprimé

physiquement ou sexuellement.                      

 

Afin   de  mieux   administrer  ses   finances  personnelles   et

familiales, il avait  suivi  un cours  par  correspondance à  ce

sujet.   Ce cours  très complet  à  son avis  offert en  français

exigeait   de  nombreuses   et   laborieuses  lectures,   Jacques

assimilait un fascicule chaque semaine  et il eut  l`occasion de

souligner quelques anomalies aux auteurs.   Malheureusement, ces

connaissances devinrent  périmées,  s`oublièrent avec  le  temps

toutefois la documentation  lorsqu`assimilée pouvait  facilement

être   consultée.    Jacques  discutait   d`investissements,   de

placements personnels avec son courtier, un  confrère de classe.

Entre autres, il  aurait  aimé investir  au  Japon plutôt  qu`en

Allemagne comme suggéré cependant il craignait  que le processus

d`unification des Allemagne conduisit à une baisse de plusieurs

titres.                                  

 

A maintes reprises, Jacques  recommanda l`achat  de livres  à la

bibliothèque locale.   Il appréciait  ce genre de  service.  Les

ouvrages recommandés surtout de natures économique, politique et

scientifique lui parvenaient environ un mois après sa demande. A

proximité de Montréal, les Laberge étaient  conscients qu`ils ne

profitaient pas aux maximum  des activités offertes  à Montréal.

Souvent comme disait la chanson  « On court  après ce que  l`on a

pas ».                                    

 

Jacques   fut  gentillement   sollicité,  par   une  connaissance

richissime qui avait été  inoccupée durant plusieurs  mois, pour

vendre, distribuer un produit sanitaire pour  une organisation à

niveaux multiples.  Son  soucis était  la qualité  du produit  à

offrir à des parents, des amis, des connaissances et autres ainsi

que l`éventail des caractéristiques du produit tel que préconisé

par la  compagnie  américaine.  L`intermédiaire  était  ontarien

comme c`était  souvent  le  cas  ou  anglophone  de  l`ouest  de

Montréal.   Jacques  avait confiance  à  ce  copain néanmoins  il

 

décelait les  approches de  mise  en  marché apprises  de  cette

organisation   américaine   similaire   à  celles   de   d`autres

organisations alors  pyramidales   qui  expériencèrent  quelques

problèmes fiscaux.    Il  lui   expliqua  que  dans   un  Québec

indépendant ces  compagnies   pourraient  préférablement  opérer

directement comme   succursale  américaine   sans  intermédiaire

ontarien, canadien. Ce copain n`étant  pas bilingue se devait de

faire confiance à ces intermédiaires et Jacques crut qu`il aurait

aimer qu`il lui serve de  traducteur et de compagnon.   Un geste

banal, l`achat d`une nouvelle fournaise l`obligea  à changer de

fournisseur de mazout afin de bénéficier d`un  rabais offert par

l`Hydro‑Québec. Il  se proposa de  revenir bientôt à  son ancien

fournisseur dont le siège  social était  à Montréal  plutôt qu`à

Toronto et la production était conduite au Québec.          

 

Quelques fois, Jacques relisait  ses écrits datant  de plusieurs

années et  il  en   redécouvrait  malencontreusement  encore  la

pertinence.   Il aurait  préféré  que non  seulement les  mesures

suggérées eussent été prises mais que  des résultats concluants,

nommément l`indépendance  du  Québec  eut  été  réalisée,  s`eut

matérialisée. Il avait pensé compte tenu de son peu de notoriété

solliciter   l`appui   du   Parti   Québécois,   d`un   mouvement

communautaire, de son ordre professionnel  et de ses  alma mater

sous la forme d`annonces, de contribution à un  préambule ou une

préface si  jamais  il  écrivait  un  livre.   La  rédaction  de

remarques préambulaires pourraient être délicate en raison de la

diversité des sujets traités et des propos avancés.         

 

Jacques considérait avoir vécu  d`une façon peu  intense souvent

dans un premier temps confiné à l`étude de  sujets techniques et

ensuite administratifs.   Son travail professionnel  requérait un

minimum de réunions, de  rencontres et également  de préparation

individuelle. Les périodes de probation chez un nouvel employeur

constituait probablement les moments les plus enrichissants même

s`ils supposaient  un  certain   recommencement  dans  un  cadre

différent.   La  connaissance   du  personnel  requérait  souvent

quelques mois!   Rarement,  sa progression  professionnelle  fut

stimulante, à  l`exception   peut‑être  du  chantier  olympique.

Compte tenu  du nombre  de  ses  analyses  et de  ses   rapports

produits lorsque fonctionnaire,  il  devait manquer  de défis  à

relever voyait  Jacques  après  quelques  années  de  recul,  en

rétrospective. Il  n`était pas  conditionné à  un tel  milieu en

raison de  la  nature  « élitique », éclectique  de  sa  formation

académique qui le  motivait à  aspirer à  plus, à  réaliser plus

intensément, complètement sa  carrière,  sa  vie.  Ses  énergies

étaient probablement  mal  canalisées.    Sa  perception  de  sa

carrière aurait pu être différente; il aurait pu envisager comme

son épouse lui répétait souvent un emploi stable, routinier, bien

 

rénuméré, professionnel  sans rien  de  plus  si ce  n`était  un

avancement possible   et  une  progression   salariale  minimale

assurée.   Ses attentes  excédaient  celles‑ci.  De  plus, il  ne

partagea pas toujours les valeurs sociétales de ses supérieurs et

il représentait  en  certains milieux  un  élément  minoritaire.

Jauger adéquatement les capacités de l`organisme, du supérieur et

leur marier ses attentes, auraient probablement été faire preuve

de sagesse.   Il se  demandait  quand  même s`ils  auraient  été

satisfaits de quelqu`un démontrant une telle envergure.     

 

Les appréhensions de Jacques  au sujet  des travaux  effectués à

titre d`expert‑conseil  furent  confirmées  car  il  apprit  que

plusieurs consultants;  un  sur  trois  chaque  année  faisaient

l`objet de plaintes  souvent  de la  part  de compétiteurs  d`où

l`importance de  s`assurer  contre les  risques  professionnels.

Encore fallait‑il que la valeur des marchés en cause en valait le

coût, la peine en sus  des risques financiers  inhérents.  Mieux

valait oeuvrer  pour  une  organisation  bien  établie  afin  de

bénéficier d`un encadrement adéquat et représentant   d`un client

solvable.                                

 

Suzie ne se résignait pas ou ne se risquait  pas toujours à lire

les écrits de Jacques et  quelques fois elle en  appréhendait la

parution. L`absence de connaissances  en une matière contribuait

toujours à insécuriser quelqu`un d`autant plus  que la situation

professionnelle de Jacques était  stagnante à  certains moments.

Malgré tout,  Jacques considérait  les  aspects  positifs de  sa

situation en ces moments: disponibilité auprès de  sa famille et

en général,   loisirs  impressionnants,  périodes   de  vacances

conjointes avec son  épouse d`une  durée de  plusieurs semaines,

grâces matinées lorsqu`aucune activité était prévue,  …  Même,

les millionnaires   occupés  à  gagner  leur   prochain  million

disposait d`un moins intéressant sort!                 

 

Suzie qui n`avait  lu que  quelques extraits  touchant leur  vie

commune reculait, hésitait devant la possibilité qu`un essai soit

publié, essai auquel Jacques avait travailler  plusieurs mois et

d`une valeur  d`environ cent  mille  dollars.   En l`absence  de

travail,   il   s`était   permis  une   démarche   intellectuelle

personnelle   qu`il   aurait   aimer  rentabiliser   en   termes

monétaires, de notoriété,  de popularité,  …  Pourtant,  Suzie

était loin d`être insensible à l`aspect  monétaire cependant les

réactions, réticences émotives  face à  l`intimité conjugale  et

personnelle étaient très présentes.   Elle se plaignait, un soir,

d`avoir vécu une journée exécrable alors que Jacques assistait à

un colloque.  Elle  semblait  soumise à  des pressions  sociales

indues. Le terme conjoint était de mise ici, croyait Jacques!   

 

 

Jacques croyait que plusieurs personnes essayaient de percer, de

connaître l`après‑mort,  l`au‑delà  à  partir  de  connaissances

limitées pour ne  pas dire  inadéquates; si  jamais des  données

sérieuses pouvaient être obtenues à  ce sujet.  La réponse  , la

solution religieuse  reposait  sur la  foi.   Combien  d`efforts

étaient consentis aux recherches personnelle et collective en ces

domaines. Plusieurs individus désabusés  de leur vie temporelle,

actuelle s`évertuaient   à  en connaître  plus,   à  déchiffrer

l`inconnu.   D`autres  étaient  motivés   non  seulement  par  la

recherche de l`au‑delà  mais aussi  des phénomènes  inexpliqués.

Bon   nombre  de   ces  adeptes   disposaient  de   connaissances

scientifiques assez limitées. L`étude  de ces zones grises, très

grises   plaisait   à   ces  recherchistes   amateurs   et   les

revalorisaient face à des gens ayant maîtriser officiellement une

ou des sciences.                              

 

Jacques considérait comme âge respectable; quatre vint ans. Age,

si atteint relativement en bonne santé, représentait  à ses yeux

une réussite au plan santé.                        

 

Une réflexion qu`il  estimait importante  était la  suivante: Au

lieu de masquer à peu près tous sous des dehors  de bon aloi, si

plus d`individus  parlaient   franchement,  beaucoup  de  tabous

tomberaient et les vrais situations, problèmes  seraient décrits

et pourraient être adressés, considérait Jacques.           






  Je veux découvrir des blogues!
×

Les meilleurs blogueurs québécois!

Abonnez-vous et faites rayonner les meilleurs blogueurs indépendants du Québec!


Non merci, ça me tente pas!

Pin ça sur Pinterest

Partager!